Leader tire vers l'avant

Le leader est un manager qui se soigne


Auguste Gusteau, célèbre chef étoilé dans le Ratatouille de Disney, déclare à qui veut l’entendre que « tout le monde peut cuisiner ». Vos enfants, neveux ou nièces connaissent certainement ce credo.

Comme ce personnage de fiction, certains affirment avec conviction que « tout le monde peut devenir un leader ». S’il y a beaucoup de Managers, le monde de l’entreprise souffre du manque de Leaders. Aussi, beaucoup tentent de changer de voie, d’évoluer vers le leadership.

Mais d’abord, quelle est la différence entre un leader et un manager ? Peut-on cumuler les 2 statuts ?

Nous venons de commettre la première erreur : être leader, ce n’est pas avoir un statut. A la différence d’un manager qui est nommé à un poste, nous sommes un leader lorsque nos collaborateurs nous considèrent comme tel.

Beaucoup de leaders le sont naturellement de par leur charisme : ils aspirent la lumière autour d’eux. En réalité, n’est pas leader qui veut, tout simplement parce que notre personnalité, ce qui caractérise le moi, joue le rôle principal.

Un leader, c’est un meneur d’hommes, quelqu’un qui tire un groupe vers l’avant. Il est alors reconnu par ses équipes et dispose d’une autorité informelle.

Le manager quant à lui, est choisi par sa hiérarchie et imposé aux équipes. Son rôle est de définir des objectifs et d’organiser le travail afin que ces objectifs soient atteints.


Ayez des attentes réalistes

Il est donc important d’avoir des attentes réalistes vis-à-vis de ce que l’on peut devenir. En fait, mieux vaut ne pas se focaliser sur le terme « leader ». Fixez-vous un cap qui vous y mènera progressivement.

Votre objectif principal est certainement de motiver vos équipes et de les rendre plus performantes. En tant que manager, vous avez peut-être du mal à l’obtenir.

Ne vous culpabilisez pas, vos qualités managériales sont précieuses. Avec quelques ajustements, vous pourrez accroitre la motivation de vos équipes et acquérir les qualités d’un bon leader.


Apprenez à jongler

Il y a un certain lâcher-prise dans le rôle du leader. Si le manager donne des directives très claires sur la façon d’organiser le travail et de le mener à bien, le leader doit accepter l’initiative, les propositions, les idées. Le manager impose la décision, le leader considère que la bonne décision est celle qui motive l’ensemble.

Pour autant, si vous êtes un manager, vous avez des objectifs concrets à atteindre. Vous avez certainement déjà en tête le moyen d’atteindre le résultat voulu.

Alors pourquoi ne pas partir de la fin ? Etablissez un plan d’action en partant de la fin et identifiez chaque grande étape du projet. Pour chaque partie, définissez la problématique et le résultat voulu. Puis laissez vos collaborateurs dessiner le chemin qui mène du problème au résultat. Si ce n’est pas ce à quoi vous aviez pensé, que cette solution n’est pas optimale selon vous mais qu’elle motive l’ensemble, choisissez cette option.

Finalement, plutôt que de dire comment, contentez-vous de demander comment. Le choix de la question vous demandera probablement de la préparation pour orienter la réponse. Votre réussite sera alors mesurable par vous-même, dans votre capacité à obtenir un comment qui ressemble à ce que vous vouliez obtenir.

En fonction des objectifs, apprenez à jongler entre votre savoir-faire de manager et le savoir-être du leader.


Passez chez l’opticien

En tant que manager, vous avez certainement des objectifs bien précis, point par point. Il va être nécessaire de changer votre regard et d’avoir une vision globale des projets. L’important pour le manager, c’est de valider chaque point. Pour le leader, c’est d’atteindre ensemble l’arrivée.

Aussi, adaptez votre vision, changez de lunettes au besoin, pour vous focaliser sur le but final : l’équipe atteint la ligne d’arrivée.

Pour ce faire, vous devrez apprendre à écouter, négocier et résoudre les conflits.

Vos qualités humaines sont ici plus importantes que vos qualités de manager. Ouvrez-vous à vos collaborateurs, de façon honnête et sincère pour inspirer la confiance et la loyauté. Montrez que vous les comprenez et que leurs avis comptent pour vous.

En gros, travaillez vos qualités sociales. Vous obtiendrez la sympathie de vos collaborateurs.

Enfin, n’ayez pas peur de prendre des risques. L’un des risques peut être de prendre une direction que vous n’aviez pas envisagé en tant que manager. Motive-t-elle l’ensemble ? Si oui, pourquoi ne pas l’accepter, tout en conservant votre œil de manager le temps que cette solution fasse ses preuves ?


Un bon leader est un manager qui se soigne

Pour conclure, le mieux n’est pas de chercher à devenir un leader. Vous risqueriez de chercher à atteindre un but difficilement mesurable ou aux résultats flous.

Focalisez-vous plutôt sur le bien de votre équipe, cherchez à la valoriser en puisant dans les qualités d’un leader. Faites taire de temps en temps vos qualités de manager pour tenter une approche plus « humaine », qui vous semblera peut être moins efficace d’un premier abord, mais beaucoup plus performante à long terme.

Savoir prendre du manager et du leader, c’est augmenter drastiquement les performances du collectif.

Partager ou conserver cet article